• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Articles à la une

  • Tout
  • Nouveautés
  • Livres
Voir tout Appuyez sur la touche SHIFT pour tout voir Tout voir

Dérèglement climatique : Comment en sommes-nous arrivés là ? - par Jean-François Goulon

Au moment où sort le tout dernier rapport du GIEC (Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat), enjoignant les responsables politiques à prendre d'urgence des mesures drastiques pour tenter d'inverser le mécanisme destructeur en cours de l'écologie planétaire, paraît un remarquable livre qui nous montre par le menu comment nous en sommes arrivés là.


 

James Howard Kunstler nous avait livrés, il y a neuf ans, « La fin du pétrole : le vrai défi du XXIe siècle » (Plon, 2005), où il invitait le lecteur à prendre conscience du choc immense et pourtant prévisible auquel l'humanité était confrontée : la fin du pétrole, entraînant le bouleversement de notre mode de vie et de notre modèle économique, ainsi que la transformation radicale de notre modèle social.

Aujourd'hui, sur les rayons des librairies depuis quelques jours, « TOO MUCH MAGIC - L'Amérique désenchantée » décrypte les brillantes visions du futur, telles que rêvées par des esprits excessivement optimistes qui pensent que la technologie résoudra tous nos problèmes. Ces visions lui rappellent les voitures volantes et les robots domestiques qui étaient les images futuristes dominantes des années cinquante.

L'idée que se fait Kunstler du futur est beaucoup plus sobre : il analyse les diverses technologies (fermes verticales, fracturation hydraulique, éthanol de maïs) suggérées comme solutions immédiates à la crise énergétique et n'en trouve aucune qui puisse marcher à long terme pour guérir une société dépendante vis-à-vis des automobiles assoiffées d'essence, éprise d'un idéal inefficace de banlieues pavillonnaires, et refusant de changer fondamentalement son mode de vie énergivore. Dans « Too Much Magic », Kunstler propose également des idées concrètes quant à la manière dont nous pouvons favoriser notre adaptation à une société où le robinet de pétrole sera très vite à sec.

« C'est avec l'enthousiasme grincheux qui le caractérise que Kunstler nous montre brillamment,
voire de façon agressive, dans quel pétrin nous sommes et à quel point
nous sommes incompétents pour nous en sortir. »
Publishers Weekly

La vision effrayante qu'a Kunstler d'un futur sans pétrole a attiré autant l'attention des écologistes que celle des dirigeants d'entreprises. Ses idées ont stimulé outre-atlantique un vaste débat sur notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles et de nos institutions financières et gouvernementales dysfonctionnelles. Dans « TOO MUCH MAGIC - L'Amérique désenchantée », Kunstler nous montre que dans le monde d'après, balayé par la crise financière, ses idées n'ont jamais été aussi pertinentes.
C'est donc avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde que James Howard Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l'attente de miracles est révolu, et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise.

Jean-François Goulon
4 avril 2014
Auteur de « Le Conflit Israélo-Palestinien, des origines cananéennes de la Palestine à sa demande d’adhésion à l’ONU »
(éditions Le Retour aux Sources, 2012)
Pour le site « Questions Critiques »

« TOO MUCH MAGIC - L'Amérique désenchantée »
(éditions Le Retour aux Sources,, 2014)
Entretien entre Piero San Giorgio et James H. Kunstler.
Sortie de « Too much magic : l'Amérique désenchantée » de James Howard Kunstler (préface de Piero San Giorgio)

Il faut être connecté pour poster.